des mots

28 juin 2008

Toujours des mots de lui qui me touche beaucoup

C’est mot sont à toi, rien qu’a toi,

Sauve-moi de ce silence qui est en moi,

Je te fais confiance à 100%,

Je crie ton nom jusqu’au bout de la nuit,

Je ne peux plus tenir, de cette distance,

Mon cœur explose de ton amour partagé,

Je n’ai plus envie de me taire,

La liberté des cœurs enlacée,

Je ne me cache pas, je suis à toi,

Comme, j’ai toujours envie de t’aimer,

Je tourne et je retourne dans ma tête,

Mais je ne vois que tes yeux qui brillent,

Tes sourires, au jouent qui rougies,

Je te prendrais bien dans mes bras,

Et te faire tourner et tourner et te dire je t’aime,

Je suis là jusque l’éternité des jours,

Je suis sur un manège ou tu me fais tourner,

Il y a de l’amour entre nous deux,

Mon cœur et là, il bat en chamade,

Parce qu’il t’aime, ainsi que mon âme

Ferme les yeux

27 juin 2008

Je dépose ici un écrit que j’ai recue d’un homme charmant qui me soutien depuis un an  qui n’est autre que le frère de mon ange. depuis très peu on se rapproche beaucoup donc voilà son poème

 

Je te demande de fermer les yeux, 

De me donner ta main, de la poser autour de moi, 

Et l’autre me la donner je la tiens avec douceur, 

Une musique s’élance, quelque pas ce font, 

Nos sourires échanger, et nous voila partie à danser, 

La musique nous entraine dans des tourbillons, 

La tête nous tourne dans le bon sens, 

Pour nous jeter des je t’aime en regard, 

 Un demi tour, et te voila pencher en arrière, 

MMM ton corps et si souple, et si jolie, 

Nous voilâmes repartie dans notre danse, 

Le corps ce rapproche, la main glisse dans le dos, 

Un baiser échanger, nous font briller nos yeux, 

Nos cœurs explosent de bonheur, 

Nous nous laissons aller sur cette piste de danse, 

Je te sers contre moi, je ressens ton bien être, 

Tu es là, enfin dans mes bras, un pur bonheur, 

Je te glisse à l’oreille «  I LOVE YOU »… 

 

Danse dans mes rêves

26 juin 2008

 Danse dans mes rêves 

Chaque nuit en solitaire j’entends ta voix 

Dans le noir je te sens prés de moi 

Larmes vives et sombres me caressent tendrement 

Ton visage m’apparait doucement 

Je voudrais tant trouver les mots 

Sentir tes lèvres sur ma peau 

Et tu danses dans mes rêves comme avant 

Danse, mais dis-moi 

Quand seras-tu dans mes bras……. 

Fantôme de ton univers 

Qui tourne dans ma tête 

Ils te bercent dans leur bras ouverts 

Ton monde se cache loin de moi 

Je ferme les yeux, je tombe en toi 

Ce sont des mots

25 juin 2008

Ce sont des mots des cris
Que l’on étale, sur un écrit.
Ce sont des larmes pures
Pour une peine obscure.

Ce sont vos mains unies
Abolir, les tracas de la vie.
Des mots échangés,
Des pleurs qu’on veut sécher.

Entendre, les cris de nos coeurs,
Parler, d’immenses douleurs.
Des trahisons ou des frissons
Vécus d’amour ou de passion.

Des amitiés nouvelles,
Ecrire, des poésies si belles.
Des messages échangés
Des serments et des baisers.

Mais l’amitié entre poètes,
C’est une plume qui se prête,
Qui rayonne dans tous les coeurs
Pour une muse, poésie en douceur !

Si tu le voulais

24 juin 2008

Si tu le voulais ange aux yeux d’étoile
Tu me rapprendrais à vivre pour toi
Mon cœur te dirait tout ce qu’il voit
Et j’aurais l’amour et j’aurais la foi

Si tu le voulais mon âme à la tienne
Porterait ta fleur éclose pour toi
Mon âme n’a rien qui ne t’appartienne
Et pourrait cueillir son rêve et sa foi

Si tu le voulais je viendrais sourire
A tous les moments tristes ou joyeux
C’est une chanson si douce à dire
Pour bercer l’esprit et fermer les yeux
Je sais des chansons si douces à dire
Pour bercer l’esprit et fermer les yeux

plaine ou traîne

23 juin 2008

Plaine où traîne

 

Plaine où traîne encore les cris des loups

Grande steppe blanche de chez nous

Dans l’immensité de neige

Entends-tu le pas des chevaux

Entends –tu le bruit de ces galops

Entends –tu ces voix lointaine

Les cavaliers qui vers les champs reviennent

Sous le ciel chevauchant en chantant

Va t-en dire aux autre plaines

Que le soleil et les étés reviennent

Pour tous ceux qui savent espérée

Sous l’épais manteau de neige

La terre enferme dans sa main la graine

Qui fait la récolte de demain

Tu peux gémir avec les loups

L’espoir est à nous plus fort que tout

Après l’amour

20 juin 2008

Après l’amour plus rien a de goût

La vie perd sa saveur

Mes sentiment me noie me submerge

Et sans jamais faiblir ils me font pleurer

Mes larmes roulent sur mes joues

Viennent se blottir au creux de mes lèvres

Ce liquide salé me rappelle à la réalité

D’un geste emprunt de tristesse

J’essuie ses quelques gouttes

Que mon âme a laissé glissée

Rien ne vaut une larme rien ne s’exprime aussi bien

Alors j’affronte la vie encore et toujours

Pour moi pour lui

Pour l’infini pour l’immortalité

La douceur

19 juin 2008

La douceur de ton regard 

Traduit une tendresse immense 

Quand il se fait tard 

C’est à toi que je pense. 

La nuit s’en vient 

Avec ses rêves et ses espoirs 

A l’aube, il ne reste rien 

Tout est sorti de ma mémoire 

La journée je sens ta présence 

Les yeux tournés vers le ciel 

Je me rends compte de ton absence 

Car tu es irréel. 

Pourtant tu existes bien 

Mais si difficile à atteindre 

Tu es tellement loin 

Que je ne peux te rejoindre. 

Je ne sais ce que l’avenir me réserve 

Il faut laisser faire le destin 

Dans mon cœur je conserve 

Les espérances du lendemain … 

Je t’aime mon Ange … 

Pas présente désolée

17 juin 2008

Il y a juste un an aujourd’hui j’ai trop mal

 

Un  an, déjà….que j’ai mal,
Seule, et abandonnée…
Cherchant l’issue fatale,
Qui me permettrait d’oublier….
Qu’un jour de ce mois juin,
Tu es parti pour un autre monde…
 

Mon trésor que j’aimais tant,
Que je chérissais et admirais…
Avec un amour tellement grand,
Qui pourtant n’a pas suffit à te protéger… 

Aujourd’hui, je voudrais t’avoir à mes côtés,
Toi : mon double et ma différence…
Pour te dire combien je t’aimais, 

Mon cœur est si lourd,
Que mes yeux pleurent des perles de pluie…
Mais je t’aimerai toujours,
Car tu continues à faire partie de ma vie ! 

Je passerai le temps

15 juin 2008

Je passerai le temps sur un souvenir décoloré…
Depuis jours ensoleillés mais sans couleurs…
Depuis nuits abîmes obscurs lunaires…
De gardiens infinis de merveilles et mystère…
Je passerai le temps a me souvenir…
Comme une hirondelle étrangère sans repos…
dans la nouvelle saison qui passera le temps…
sur ce rêve d’amour et ils passeront les instants, vibrants d’émotions solitaires…
comme de chaque fibre de l’âme…
Je résonnerai l’écho harmonieux de sensations…
Je passerai le temps et il portera le souvenir…
Mais toi tu seras lié à moi éternellement…
 

12345...7