Archive de la catégorie ‘Non classé’

bonjour a vous tous

Samedi 6 septembre 2008

Bonjour mes amies

 

Je suis dans un cyber café

Je suis en panne de pc comme c’était un neuf

Il est reparti à l’usine pour une expertise

Pour combien de temps je ne sais pas

J’harcèle le vendeur tout les jours

Sinon je vais bien j’essaye de reconstruire ma vie

Pas chose facile hé non pas évident

Merci a vous tous de votre soutien

Vos mots me touche et venir vous lire me manque

J’espère a très vite

 

Pour Francis un grand merci je rate beaucoup d’épisode grrrrr

Je passerai le temps

Samedi 9 août 2008

Je passerai le temps sur un souvenir décoloré…
Depuis les jours ensoleillés mais sans couleurs…
Depuis nuits abîmes obscurs lunaires…
De gardiens infinis de merveilles et mystère…
Je passerai le temps à me souvenir…
Comme une hirondelle étrangère sans repos…
dans la nouvelle saison qui passera le temps…
sur ce rêve d’amour et ils passeront les instants, vibrants d’émotions solitaires…
comme de chaque fibre de l’âme…
Je résonnerai l’écho harmonieux de sensations…
Je passerai le temps et il portera le souvenir…
Mais toi tu seras lié à moi éternellement…
 

Mes mains

Mardi 5 août 2008

Mes mains
Dessinent dans le noir
La forme d’un espoir
Qui ressemble à ton corps
Mes mains
Quand elles tremblent de fièvre
C’est de nos amours brèves
Qu’elles se souviennent encore
Mes mains
Caressent dans leurs doigts
Des riens venant de toi
Cherchant un peu de joie
Mes mains
Se tendent en prière
Vers ton ombre légère
Disparue dans la nuit
Mes mains
Elle t’aiment à la folie
D’un amour infini
Elles t’aiment pour la vie
As-tu déjà effacé
Ce passé qui m’obsède
As-tu déjà oublié
Que ces mains ont tout donné

Mes mains
Qui voudraient caresser
Un jour seront lassées
D’attendre ton retour
Mes mains
Elles iront te chercher
Là où tu t’es cachée
Avec un autre amour
Mes mains
Dédaignant les prières
Trembleront de colère
Et je n’y pourrai rien
Mes mains
Pour toujours dans la nuit
Emporteront ta vie
Mais puisque tu le sais
Reviens
Et tout comme autrefois
Mes mains
Pour toujours dans la nuit
Emporteront ta vie
Dans la joie retrouvée
Reviens
Ne les repousse pas
Ces mains tendues vers toi
Et donne leur
Tes mains

La marine

Lundi 4 août 2008


Quand sur la mer immense
Par un beau temps le bateau vogue doucement
On croirait qu’il s’élance dans la nuit vers le firmament
Là sur nos têtes le ciel en fête
Soudain projette mille rayons
Les fronts se lèvent et chacun rêve
A l’astre de ses illusions

L’amour c’est une étoile
Que l’on voudrait cueillir
Mais dans le ciel sans voile
On ne peut la saisir, la retenir
Pour nous le plus beau songe ne peut durer qu’un jour
Pour nous vraiment l’amour c’est bien trop court
C’est l’étoile qui fuit toujours

Un beau jour c’est l’escale
Deux grands yeux noirs vient  troubler mon cœurs
Sous un petit front pâle
Nous croyons trouver le bonheur
Mais on se quitte
Hélas trop vite
D’autres invites
Vont nous charmer
Nouveaux rivages
Nouveaux visages
Nous n’avons pas le temps d’aimer

L’amour c’est une étoile
Que l’on voudrait cueillir
Mais dans le ciel sans voile
On ne peut la saisir, la retenir
Pour nous le plus beau songe ne peut durer qu’un jour
Pour nous vraiment l’amour c’est bien trop court
C’est l’étoile qui fuit toujours

Tout les deux

Vendredi 1 août 2008

Tous les deux enchaînes
A bord de la galère
Portant nos amours
Nous voguons enchaînes
Par les joies les misères
Et pour toujours
Nos cœurs nos mains
Ne font plus qu’un
Sur le chemin des jours
Mes mêmes années creuseront à jamais
Les mêmes sillons sur nos fronts
Le même soleil sonnera le réveil
D’un amour plus fort que la veille

Nous irons enchaînés
Sachant que rien sur terre
Ne peut séparer
Nos deux noms enchaînés
Qui sur la même pierre
Seront gravés
Un jour lointain
Mais ce matin
Nos corps ont faim d’amour

Danube bleu

Mercredi 30 juillet 2008

Danube bleu
Aux flots merveilleux
Fleuve au noble cours
Nous t’aimons d’amour
Nous nous exaltons
Et nous t’admirons
D’une âme touchante d’amour
Lorsque nous te chantons

Dans le clair matin
Elfes et lutins
Se balancent rient et dansent
Au bord de cette eau
Parmi les roseaux
Rient et chantent les chansons des oiseaux

Alors au bord des rives
Bientôt par deux arrivent
Garçons et jouvencelles
Venant s’embarquer dans les nacelles

On voit sur le chemin mouvant
Allant tous au gré du vent
Les amants tendrement enlacés
Rêvant sans se lasser
L’amour chaque semaine
Toujours gaiement ramène
Sur tes jolis flots bleus
Le cortège innocent des amoureux

Allons charmants et joyeux diablotins
Allons goûter la douceur du matin
Et sur le Danube enchanté
Aimer rêver chanter
Moi j’ai laissé les beaux jours
Et pour toujours
Écoutez pauvres inconstants
Et profitez de vos vingt ans

Le long des prés monte un parfum de fleurs
Rutilantes aux vives couleurs
Qu’ils sont doux sur le Danube bleu
Les soirs d’été merveilleux

Des baisers très rusés
Sont vite échangés
Mais sans grand danger
Des serments notamment
Font murmurer langoureusement

Le clocher

Vendredi 25 juillet 2008

Le clocher délabré de la vieille église
Est tombé tristement un jour
Sous les coups de la bise
Et le coq d’or n’est plus sur sa tour
Pourtant la cloche grise
Au son des Angélus berce encore le vieux faubourg

J’ai dans mon cœur tout pareil
Au clocher décimé par le vent et la grève
La cloche d’or dans sommeil
D’un amour infini qui contient tout mon rêve
Et sa voix qui s’élève
Monte vers le soleil
Mon cœur peut bien s’écrouler
Mais la cloche d’or pur qui sait tout mon amour
Sonnera sans se fêler
En jurant de t’aimer jusqu’à son dernier jour

Au matin le clocher privé de toiture
Dans l’azur monte un chant joyeux
Eveillant la nature
A midi c’est envol d’un refrain pieux
Le soir c’est un murmure
Et sa voix chante encore quand nous fermons les yeux

J’ai dans mon cœur tout pareil
Au clocher décimé par le vent et la grève
La cloche d’or dans sommeil
D’un amour infini qui contient tout mon rêve
Et sa voix qui s’élève
Monte vers le soleil
Mon cœur peut bien s’écrouler
Mais la cloche d’or pur qui sait tout mon amour
Sonnera sans se fêler
En jurant de t’aimer jusqu’à son dernier jour

Et si……

Lundi 21 juillet 2008

Et si…….

 

Le sourire était d’usage

Si les autres sans ressentiment,

On aimait simplement,

Si s’enfuyaient de nos cœur

Haines , larmes  et peurs,

Si tendre la main

Devenait un geste quotidien,

Si brisant nos chaînes, 

Sereins nous allions sans peine

Oubliant tortures modernes et isolement

Pour vivre avec le moins de tourments,

Si moins sourds aux voix qui grondent

On refaisait vraiment le monde

Et si tous ensemble    avec le même cœur

Nous instaurions les lois du bonheur

Dans tes yeux

Vendredi 18 juillet 2008

Dans tes yeux je me perds
et je me découvre.
Dans tes paroles
je me noie à l’infinie.

Prenons ce qui est à prendre,
donnons ce qui est à donner,
gardons ce désir, cet amour
et cette force pour l’éternité,
quoi qu’il puisse arriver. 

Mots et des gestes

Jeudi 17 juillet 2008

Mots et des gestes de douceur 

L’intensité de moments particuliers 

Ces regards échangés et puis ce zeste de complicité 

Le bonheur d’être deux, mains entrelacées 

Des étoiles dans les yeux, se laisser enivrer 

Découvrir ces lieux magiques d’un autre monde 

Puis se frôler, se toucher, se faire frissonner 

Partager le plaisir d’aimer, l’alchimie de l’amour 

Imaginer à nouveau quand l’autre n’est pas là, 

Imaginer et retenir ce plaisir au fond de son ventre 

Céder à ses envies en laissant nos âmes prendre le relais 

Réinventer à chaque fois cet amour 

Et le conjuguer à tous les temps. 

 

12345...7