Archive pour août 2008

Je passerai le temps

Samedi 9 août 2008

Je passerai le temps sur un souvenir décoloré…
Depuis les jours ensoleillés mais sans couleurs…
Depuis nuits abîmes obscurs lunaires…
De gardiens infinis de merveilles et mystère…
Je passerai le temps à me souvenir…
Comme une hirondelle étrangère sans repos…
dans la nouvelle saison qui passera le temps…
sur ce rêve d’amour et ils passeront les instants, vibrants d’émotions solitaires…
comme de chaque fibre de l’âme…
Je résonnerai l’écho harmonieux de sensations…
Je passerai le temps et il portera le souvenir…
Mais toi tu seras lié à moi éternellement…
 

Mes mains

Mardi 5 août 2008

Mes mains
Dessinent dans le noir
La forme d’un espoir
Qui ressemble à ton corps
Mes mains
Quand elles tremblent de fièvre
C’est de nos amours brèves
Qu’elles se souviennent encore
Mes mains
Caressent dans leurs doigts
Des riens venant de toi
Cherchant un peu de joie
Mes mains
Se tendent en prière
Vers ton ombre légère
Disparue dans la nuit
Mes mains
Elle t’aiment à la folie
D’un amour infini
Elles t’aiment pour la vie
As-tu déjà effacé
Ce passé qui m’obsède
As-tu déjà oublié
Que ces mains ont tout donné

Mes mains
Qui voudraient caresser
Un jour seront lassées
D’attendre ton retour
Mes mains
Elles iront te chercher
Là où tu t’es cachée
Avec un autre amour
Mes mains
Dédaignant les prières
Trembleront de colère
Et je n’y pourrai rien
Mes mains
Pour toujours dans la nuit
Emporteront ta vie
Mais puisque tu le sais
Reviens
Et tout comme autrefois
Mes mains
Pour toujours dans la nuit
Emporteront ta vie
Dans la joie retrouvée
Reviens
Ne les repousse pas
Ces mains tendues vers toi
Et donne leur
Tes mains

La marine

Lundi 4 août 2008


Quand sur la mer immense
Par un beau temps le bateau vogue doucement
On croirait qu’il s’élance dans la nuit vers le firmament
Là sur nos têtes le ciel en fête
Soudain projette mille rayons
Les fronts se lèvent et chacun rêve
A l’astre de ses illusions

L’amour c’est une étoile
Que l’on voudrait cueillir
Mais dans le ciel sans voile
On ne peut la saisir, la retenir
Pour nous le plus beau songe ne peut durer qu’un jour
Pour nous vraiment l’amour c’est bien trop court
C’est l’étoile qui fuit toujours

Un beau jour c’est l’escale
Deux grands yeux noirs vient  troubler mon cœurs
Sous un petit front pâle
Nous croyons trouver le bonheur
Mais on se quitte
Hélas trop vite
D’autres invites
Vont nous charmer
Nouveaux rivages
Nouveaux visages
Nous n’avons pas le temps d’aimer

L’amour c’est une étoile
Que l’on voudrait cueillir
Mais dans le ciel sans voile
On ne peut la saisir, la retenir
Pour nous le plus beau songe ne peut durer qu’un jour
Pour nous vraiment l’amour c’est bien trop court
C’est l’étoile qui fuit toujours

Tout les deux

Vendredi 1 août 2008

Tous les deux enchaînes
A bord de la galère
Portant nos amours
Nous voguons enchaînes
Par les joies les misères
Et pour toujours
Nos cœurs nos mains
Ne font plus qu’un
Sur le chemin des jours
Mes mêmes années creuseront à jamais
Les mêmes sillons sur nos fronts
Le même soleil sonnera le réveil
D’un amour plus fort que la veille

Nous irons enchaînés
Sachant que rien sur terre
Ne peut séparer
Nos deux noms enchaînés
Qui sur la même pierre
Seront gravés
Un jour lointain
Mais ce matin
Nos corps ont faim d’amour